Accueil / Culture - Patrimoine  / Culture et langue occitane  / Arts vivants
....
ARTS VIVANTS

Arts vivants

Musique

Propre à un peuple, la musique traditionnelle se transmet oralement, de génération en génération. A de très rares exceptions près, cette musique n’est jamais écrite par les gens qui la jouent.

Pour les gens des campagnes, la musique a un but fonctionnel : elle aide au travail, apporte la détente, accompagne les fêtes,… Le spectateur n’est jamais passif.
Cette musique est en perpétuel changement du fait de son mode de transmission oral : un musicien ne joue jamais de la même façon le même air : sa personnalité, sa mémoire, son humeur entrent en jeu.

Au début du siècle dernier, les divertissements étaient nombreux : fêtes calendaires, cérémonies de la vie familiale, travaux collectifs, fêtes locales,… La musique y était toujours présente.

Voir la "fiche musique et instruments" : Tambourin, Boha, Fifre, Vielle à Roue, Accordéon Diatonique, Hautbois, Violon

Retrouvez l'ensemble des ateliers de musique occitane dans le département

Retrouvez les Groupes de Musique dans le département
 

Chants gascons

Les chants traditionnels reflètent les préoccupations communautaires d’une époque. Ils peuvent également illustrer des faits historiques.

Le chant était beaucoup pratiqué autrefois dans les campagnes : tout y était prétexte.

Les chants traditionnels peuvent se diviser en trois catégories : pour danser, pour travailler et pour fêter : les chants à danser sont ceux que l’on retrouve en plus grand nombre.

Les textes de ces chansons sont généralement très courts, avec des thèmes de la vie de tous les jours. La noce était une occasion de faire la fête, de chanter, danser durant plusieurs jours.

Les chants traditionnels occitans sont généralement des chants à mémorisation, à répétition où chacun participe sans difficulté, et où l’occitan ne représente pas un obstacle linguistique : il s’agit de chansons à danser, de chansons narratives, de chansons énumératives pour les enfants, de chants à répondre...

En Gascogne, il existe un répertoire très important de « chansons de neuf ». On conférait plus particulièrement aux jeunes filles et aux femmes le soin d’entonner une ronde de neuf au son de laquelle se déroulait le très populaire « rondèu ». La ronde de neuf consistait en une énumération dégressive de 9 à 1, sur des thèmes extrêmement divers et où l’inspiration personnelle des exécutants avait sa place. Certaines mélodies avaient double vocation : chansons de voix lorsque le moment n’était pas à la danse, il suffisait d’en élever le tempo pour qu’elles deviennent chansons à danser.

Le renouveau de la chanson occitane des années 70, incarné entre autres par Marti, a permis la création de nouvelles chansons et l’apparition de nouveaux groupes de musique.

Voir la "fiche chants" : Le chant traditionnel en Gascogne - la Guilhonné - Se canta - Jan de la Reula - Adiu praube Carnaval - A bordèu…

Retrouvez l'ensemble des ateliers de chants gascons

Retrouvez l'ensemble des Groupes de chant à danser
 

Danse

Le bal tient une place importante dans les loisirs de la population rurale. Il représente un véritable trait d’union entre la musique et le corps.

Deux catégories de danses sont à distinguer :

  • les danses nées dans la région :
    • le « Rondeu » s’intègre dans la famille des danses en rond. Qu’il soit en ronde ouverte ou fermée, il présente une parfaite unité de rythme et de style. Cependant, certains se livraient pendant son exécution à des variations chorégraphiques très variées, parfois fort acrobatiques.
    • le « Congot » (ou « Marin-congot ») est apparu vers la fin du XVIIIème siècle. Il fait partie des danses à figure, inspirées de la contredanse anglaise. Il était essentiellement pratiqué vers l’Agenais et la Lomagne.
    • dans la partie orientale de la Gascogne existaient aussi le « branle » et la « correnta », appelée aussi « farandola ».
  • les danses importées : polkas, mazurkas, valses, scottishes

Ces danses sont arrivées vers la deuxième moitié du XIXème siècle. Elles ne sont pas strictement copiées, mais repensées au travers des traditions musicales des régions.

  • La valse n’a pas changé de chorégraphie. Les pas sont les mêmes, il n’y a que l’attitude qui change : le gascon danse les pieds bien au sol.
  • La polka se danse à deux temps. On remarque de nombreux dérivés : polka piquée, pas de quatre,…
  • La scottish est à deux ou quatre temps avec quelques changements locaux.
  • La mazurka est une danse à trois temps, ancêtre de la java.

Documents

Fiche musique et instruments.pdf
Fiche chants.pdf

 

 

 
© Conseil Départemental du Gers ♦ 81 route de Pessan BP 20569 32022 Auch Cedex 9 ♦ Tél : 05 62 67 40 40 Fax : 05 62 63 58 06
Nos Sites
Numéro Vert Social
MDPH
Covoiturage
Annuaire Bio Gersois
Archives Départementales
ADDA 32
Patrimoine et musées Gersois
Médiathèque Départementale
Conseil Départemental des Jeunes
Transports scolaires
Espace Numérique de Travail
Assistants maternels agréés
Thermes de Castéra Verduzan
Tourisme Gers
OxyGers